Kevin, c’est quoi être développeur full stack chez Mon Qualiticien ?

Kevin, c’est quoi être développeur full stack chez Mon Qualiticien ?

C’est le retour des interviews Mon Qualiticien ! Dernièrement, nous nous sommes pas mal concentrés sur le pôle commercial avec les interviews de Lucas, chief sales officer et Honoré, expert qualité.  

Ce mois-ci, retour du côté du pôle tech avec Kevin, développeur full stack. Après un stage et une alternance chez Mon Qualiticien, il signe son 1er CDI ! Il revient sur son parcours, son rôle dans l’entreprise et vous partage sa philosophie de vie ainsi que ses précieux conseils. 

Tu as fait quoi depuis l’école primaire ?

Je suis né au Cameroun et j’y ai grandi. J’y ai passé mon baccalauréat. J’ai choisi le bac C, qui correspond là-bas, à la filière scientifique avec principalement des maths et de la physique.
Après le lycée, j’ai fait une année supplémentaire en maths et physique à l’Université de Douala pour élever encore mon niveau dans ces matières. Mon objectif était de préparer un concours d’un Institut universitaire technologique (IUT) au Cameroun. J’ai réussi le concours et ai intégré l’école. J’y ai passé 3 ans et ai obtenu un DUT et une licence en génie logiciel.

Après cette expérience,  j’ai décidé de poursuivre des études d’ingénieur en Tunisie, à TIME Université, notamment que j’avais de la famille sur place. Suite à mon année là-bas, je suis venu en France pour rejoindre mes proches qui s’y rendaient. J’ai fini mes 2 ans d’école d’ingénieur en France, d’abord à Ynov Campus Paris puis à EPSI Lille. Je viens d’obtenir mon diplôme d’ingénieur système d’information option développement logiciel.

Au niveau pro, quand j’étais au Cameroun, j’ai fait un stage pendant mon DUT dans l’entreprise où mon père travaillait : Chanas Assurance. C’est là-bas que je suis tombé amoureux du développement. À l’origine,  je ne savais pas vraiment à quoi ça correspondait et je n’y portais pas un grand intérêt. Lors de ce premier stage, j’ai d’ailleurs développé ma première application pour aider à la gestion du courrier et j’ai adoré ! C’est la raison pour laquelle je me suis orienté en génie logiciel lors de ma licence. D’ailleurs en 3ème année, j’ai refait un stage dans la même boîte.

Et aujourd’hui, je bosse chez mon Qualiticien !

Pourquoi tu voulais à tout prix rejoindre Mon Qualiticien ?

Initialement j’étais persuadé qu’il serait mieux de débuter mes expériences professionnelles longues dans une start-up. C’est important, surtout dans le domaine de l’ informatique ! Dans un petit groupe, il y a un meilleur suivi et c’est intéressant pour un stage de fin d’études ou une alternance. En fait, dans ces petites entreprises, ton travail ne passe pas inaperçu. À côté de ça, la start-up a plein d’autres avantages comme le rythme intense ou l’ambiance avec l’équipe. Donc dès le début, j’étais dans l’optique d’intégrer une start-up ! 

J’ai choisi plus précisément Mon Qualiticien, car j’ai compris pendant la phase d’entretien que le projet était encore en cours de développement. Je trouvais ça intéressant d’intégrer un projet dans ses débuts, où encore plein d’améliorations sont possibles ! Travailler pour Mon Qualiticien me donnait l’opportunité de voir le projet grandir et se réaliser.

Ce qui a aussi influencé mon choix, c’est aussi l’équipe. Quand je suis arrivé, l’équipe était encore en construction et pour moi, c’était l’occasion de participer à sa création et de m’y intégrer plus facilement. 

Pour toutes ces raisons, j’ai choisi de rejoindre l’équipe Mon Qualiticien. Tout d’abord pour un stage de 6 mois en juin 2020. Puis après 3 mois de stage, on m’a finalement proposé de convertir mon stage en contrat d’alternance et finalement, il y a peu, j’ai signé mon CDI pour le 1er septembre !

Mais en fait, tu fais quoi chez Mon Qualiticien ?

Quand j’ai rejoint Mon Qualiticien, je suis arrivé en tant que stagiaire développeur full stack, c’est-à-dire que je codais à la fois la partie interface et la partie base de données, API rest et graph. Quand j’ai intégré la boite,  je devais monter en compétences sur différents outils utilisés par l’équipe tech. C’ était un grand challenge pour moi. 

Au début, j’ai travaillé exclusivement sur la partie front. Le fait de me concentrer d’abord sur cet aspect de mon poste m’a permis de monter en compétences rapidement sur le front. Puis, quand mon contrat d’alternance a débuté, j’ai commencé à toucher un peu le back. Depuis quelques mois le poste à vraiment évolué et j’ai de plus en plus de missions back, mais aussi plus de responsabilités auprès de l’équipe. Je mène des chantiers plutôt importants : je travaille désormais sur des modules entiers, sur la base de données et ce qui est lié à la sécurité. En plus, je participe à la montée en compétences des stagiaires moins expérimentés que moi.

L’idée, lorsque je débuterai mon CDI est d’avoir une double casquette. Je naviguerai entre les équipes front et back en fonction des besoins identifiés.  L’objectif ensuite, début 2022, serait que je me spécialise dans un domaine bien précis.

Qu’est-ce que tu préfères dans ton travail ? 

Ce que je préfère le plus c’est l’équipe ! À mon arrivée on était juste 3 au pôle tech et aujourd’hui,  on est plus de 10. L’équipe s’est structurée au fil du temps et est composée de plusieurs développeurs expérimentés qui nous encadrent et se rendent disponibles pour nous. C’est donc une réelle chance pour apprendre et monter en compétences. À côté de ça, ils sont très humbles et ouverts à l’échange. Ils n’hésitent pas à demander notre point de vue et le prennent en compte s’il est pertinent. On se sent au même niveau que tous malgré notre statut d’alternants ou de stagiaire. 

La seconde chose que j’aime dans l’équipe, c’est qu’elle ne se résume pas aux échanges professionnels et aux compétences techniques. Le savoir vivre est bel et bien présent. On s’amuse bien et on passe de bons moments ensemble quand on travaille. 

L’équipe me plaît déjà beaucoup mais il y a aussi l’ambiance qui y règne. On fait pas mal d’afterwork et ça compte aussi. Quand je suis arrivé dans l’équipe, j’étais un peu coincé dans ma bulle, je ne parlais pas beaucoup et l’expérience Mon Qualiticien m’a vraiment permis de m’ouvrir. Aujourd’hui, je pense être capable d’intégrer une équipe facilement.

C’est quoi ta philosophie de vie ? Qu’est-ce qui te fait te lever le matin ?

Je marche sur les traces de mon père. C’est quelqu’un que j’admire beaucoup et sa personnalité me plaît donc je le prends comme exemple pour me construire. De son côté, il échange beaucoup avec moi et me conseille. Donc, finalement, ma philosophie de vie repose beaucoup sur l’éducation qu’il m’a transmise. Si je dois la résumer en 3 mots ce serait : la paix intérieure, l’amour et l’excellence.

Pour être le meilleur dans ce que tu fais, tu dois déjà être en paix avec toi-même, c’est-à-dire ne pas avoir de problèmes avec les autres ou des ondes négatives refoulées en toi. Il faut aussi savoir aimer les gens, qu’ils s’agissent de ses amis, de sa famille, de ses collègues pour être aimé en retour. Si les deux premiers points sont remplis, là, forcément, tu te sens bien et tu excelles dans ton domaine

D’ailleurs, une des phrases que mon père m’a dite quand je voyageais pour faire mes études était : “En allant à l’étranger, tu ne dois pas seulement être bon dans ton domaine, tu dois y exceller”.

Et c’est vraiment ma source de motivation au quotidien.

Si tu avais une lampe magique, tu demanderais quoi au génie ?

La seule chose que je peux vraiment demander, c’est qu’il donne de longues vies à mes parents pour leur permettre de voir ce que je vais réaliser dans le futur. Je souhaite qu’ils connaissent la personne que je vais devenir demain. J’ai beaucoup de projets, beaucoup de choses que j’aimerais leur montrer.

Peux-tu nous partager ton conseil le plus précieux pour des futures recrues ?

Pour intégrer l’entreprise, peu importe le pôle, je dirai que la chose la plus importante, hormis ses compétences, c’est le savoir être ! C’est la manière de se comporter, l’entente avec le reste de l’équipe qui va être déterminante pour se faire recruter. 
Pour une recrue tech, par exemple pour un stagiaire, là encore une fois il y a les compétences techniques. Mais il faut surtout avoir l’envie d’apprendre et d’être autonome sur les missions confiées.

Pour échanger avec Kévin, c’est sur LinkedIn que ça se passe 😉

Partager cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin