Tim, c’est quoi être Product Owner chez Mon Qualiticien ?

Timoté Guyot Product Owner

Le mois dernier, nous vous avons proposé un focus sur Romain, alternant dans le pôle commercial. Côté pôle technique, on vous avez déjà présenté Cédric, le CTO de Mon qualiticien.

Il est l’heure de vous présenter un des membres historiques de Mon Qualiticien : Timoté aka Tim, notre Product Owner. Il revient sur son parcours, ses diverses expériences chez Mon Qualiticien, son rôle actuel dans l’équipe et prodigue aussi de précieux conseils aux futures recrues. 

Tu as fait quoi depuis l’école primaire ?

Je vais commencer directement par mon bac, parce qu’avant ça fait loin ! J’ai fait un Bac Économique et Social (ES), ce qui m’a bien plu d’ailleurs.

Ensuite, je suis allé à ISART digital à Paris. Une école qui fait de la programmation dans les jeux vidéo. Là-bas, j’ai suivi une formation de game design et de programmation pendant 2 ans.

Après ça, changement à 360° : je retourne dans le social et rejoins l’ILIS (faculté d’ingénierie et de management de la santé) à Lille. J’y ai suivi une licence Science et Intérêt social et j’ai continué avec un master en gestion des risques. Même si malheureusement, je n’ai pas eu ma dernière année. 

À l’ILIS, j’ai eu l’occasion de faire un stage en EHPAD. J’ai pu observer comment on faisait appliquer la démarche qualité au sein des établissements médico-sociaux.

J’ai effectué l’ensemble de mes autres expériences pro chez Mon Qualiticien, à partir de ma 3ème année de licence. Ça a débouché sur une embauche en CDI en tant que Product owner.

Pourquoi tu voulais à tout prix rejoindre Mon Qualiticien ? 

J’ai choisi d’intégrer Mon Qualiticien (à l’époque ILS) pour combiner à la fois mon appétence pour le numérique et mes convictions liées au secteur médico-social. Je trouvais intéressant de proposer un outil numérique pour gérer la démarche qualité des ESSMS et je souhaitais faire partie de l’aventure !

Pourquoi ? Parce que lors de mon stage en EHPAD, je me suis rendu compte de la manière archaïque dont on procède pour manager la qualité dans les établissements. On y travaille encore beaucoup avec des documents papier ou des tableaux Excel.
En fait, les informations sont mal communiquées en interne. Et je trouve ça assez dommage, car on dispose aujourd’hui de toutes les clés pour évoluer dans un environnement permettant à tous les corps de métiers de communiquer.

Ce qui m’avait vraiment frappé pendant mon expérience, c’est que la direction parlait beaucoup de “pluridisciplinarité”. Or, dans les faits, c’était tout l’inverse ! J’ai observé un fonctionnement “en silo” entre les différents professionnels. Cette organisation se répercutait sur la documentation des procédures et les services fournis aux usagers de manière générale.

Je me rappelle avoir vu Mon Qualiticien au forum des métiers de mon école et m’être dit à l’époque “tiens, c’est marrant il y a une boîte qui veut proposer un outil pour palier à cette gestion de la démarche qualité”. J’ai compris que l’idée était de créer un outil numérique Saas qui répondait au besoin de mettre en collaboration les professionnels. Je me suis directement dit : “c’est ça qu’il faut que je fasse”. C’était la problématique que j’avais identifiée et je venais de trouver une entreprise qui cherchait à y répondre via le numérique.

Mais en fait, tu fais quoi chez Mon Qualiticien ?

Je pense que le plus simple, c’est de parler de l’évolution de mes missions chez Mon Qualiticien au fur et à mesure des années. 

Au tout début, j’étais chargé d’apporter un nouveau regard sur l’application. Je mettais à profit mes connaissances acquises en cours et sur le terrain pour enrichir le projet. Je m’occupais de la remontée de bugs sur l’application et participais au processus de réflexion autour de celle-ci.

Rapidement, mes missions ont évolué, car j’ai pris la place de Lambert, l’ancien Product Owner de l’application. Quelque part, ça a renforcé les missions que je menais à l’origine. En plus de prendre part à la réflexion autour des fonctionnalités à développer, j’étais aussi à l’initiative de certaines modifications de l’app.

En 2020, on a lancé une refonte de l’app et là encore mes missions ont évolué. Je réfléchis aux fonctionnalités de la nouvelle version de l’application. En plus, je les traduis visuellement en réalisant des maquettes de la future application Mon Qualiticien. Ces versions prototypes permettent à l’équipe de développeurs de tester différents designs et de déterminer ce qui est le plus intuitif avant de lancer la production des fonctionnalités. Le but est ici de maximiser l’expérience utilisateur.

En tant que product manager, je suis avant tout responsable de l’évolution du produit. Je mets donc aussi en place une feuille de route à suivre avec l’équipe technique et je dois tout faire pour la maintenir. L’idée, c’est de planifier en avance quand sortiront telles ou telles fonctionnalités.

En définitive, je suis responsable du produit mais aussi un facilitateur pour l’équipe de développement. 

Qu’est-ce que tu préfères dans ton travail ?

C’est concevoir des améliorations ou des fonctionnalités qui ont de la valeur pour les gens qui vont s’en servir. Je trouve que le processus de conception d’une amélioration est très intéressant. De la description du besoin jusqu’à son implémentation. On se rend compte qu’il y a mille manières de mettre en œuvre une même idée.

Je pense que c’est ce mécanisme qui me passionne le plus dans mon travail. Ce que je préfère, c’est de voir en action la fonctionnalité qu’on a créée pour répondre à un besoin. Et de constater que nos clients sont contents de cette amélioration.

C’est quoi ta philosophie de vie ? Qu’est-ce qui te fait te lever le matin ?

J’essaie d’apprendre des nouvelles choses au quotidien. Depuis toujours, j’ai ce besoin d’apprendre, de nourrir mes connaissances, de me remettre en question.
Je suis toujours en train de traîner sur le web pour faire des recherches, m’informer sur tout et rien. Ça me permet d’apprendre de nouvelles choses parfois utiles, parfois moins mais c’est ça de pris !

Et ça tombe bien, dans le cadre de mon travail, je suis constamment en train de découvrir des nouveautés. C’est aussi lié au domaine du numérique où tout va à 2000 à l’heure. C’est un constant apprentissage. C’est un travail de tous les jours et une obligation. Sans ça, on est très vite obsolète. Et c’est vraiment un aspect dans mon travail que j’adore également.

Si tu avais une lampe magique, tu demanderais quoi au génie ?

De nous débarrasser du Covid-19, il y en a marre !

Mais au-delà de la situation sanitaire qui s’éternise, je souhaiterais avant tout que le monde soit un peu plus tolérant.
En fait, je trouve que l’humanité est très ethnocentrée et les gens ont parfois du mal à accepter les idées des autres. Ce qui crée énormément de frustrations et de malheurs auprès d’un grand nombre de personnes.
Alors qu’il suffirait de vraiment pas grand chose pour que tout le monde s’entende et soit heureux.

Selon moi, la première étape serait juste d’accepter qu’on n’est pas tous pareil. La société irait mieux. Un petit coup de pouce de la part du génie pour nous le faire comprendre, ne nous ferait pas de mal !

Peux-tu nous partager ton conseil le plus précieux pour des futures recrues ?

Le meilleur conseil que je puisse donner, c’est d’être ultra curieux, de ne pas prendre pour argent comptant ce qu’on nous dit et de s’intéresser à plusieurs domaines.

Dans le cas de mon poste, il ne faut pas s’intéresser uniquement au développement, ni au design, ni aux applis web. Des compétences techniques, c’est bien, mais d’autres compétences sont importantes. Il faut avoir une vision globale et anticiper ce qu’il va se passer en mettant le produit dans les mains d’un client.

Pour pouvoir le faire, je pense qu’il faut avant tout se servir de toutes les expériences qu’on a vécues, peu importe le secteur d’activité. Soyez ouvert, vivez un maximum d’expériences différentes. Ne vous enfermez pas uniquement avec des personnes qui partagent des expériences similaires. Au contraire, soyez curieux, échangez avec des professionnels de tous bords. Cela vous permettra de créer une application qui correspondra à d’autres visions que celle de développeurs par exemple. Parce que trop souvent, on est influencé par les expériences qu’on a vécues, et on a raison pour soi, mais pas forcément pour le voisin.

Pour échanger avec Timoté, c’est sur Linkedin que ça se passe 😉

Partager cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin